Hellbenders de J.T. Petty (2012)    27 Novembre 2018     

I Can See You, notre film d'hier, est noté à 4,5 sur IMDB. Hellbenders, notre film du jour, est noté à 4,8. Pourtant, autant ils sont vaguement comparables par la proximité de leur note, autant les deux films n'ont absolument rien à voir à tout autre niveau. D'une étrange balade en forêt nous passons à une chasse effrénée aux démons. Comme quoi il y a autant de diversité au sein du cinéma indépendant qu'il y en a partout ailleurs, un véritable plaisir.

Dans notre société moderne, les forces du mal, succubes, incubes et autres démons continuent à oeuvrer dans l'ombre pour plonger l'humanité en enfer et provoquer Ragnarök (la fin du monde !). Mais heureusement pour nous, une équipe de choc, les Augustine Interfaith Order of Hellbound Saints, sont là et ils font tout ce qu'ils peuvent et donnent tout ce qu'ils ont pour nous éviter le pire. Mais cette fois-ci ils sont confrontés à une menace de taillent encore inégalée et la lutte promet d'être âpre.

Changement total de cadre, exit la forêt et les hippies (dont on ne garde que les drogues), et bienvenue à la vie citadines et aux problèmes de voisinage. Hellbenders est une comédie horrifique à laquelle on ne s'attendait pas et qui nous a énormément plu et amusé. Essentiellement grâce à son équipe de choc rivalisant d'absurdité pour donner vie à une troupe d'exorcistes prêts à tout pour remplir leur mission. Le film nous a fait penser à Ghostbusters, mais les scientifiques y ont laissé leurs places à ce que l'église a de plus dépravé (ou presque, pas de pédophiles à l'horizon). Des personnages hauts en couleurs, quelques scènes bien délirantes, et une sympathique comédie-horrifique.

Quelques têtes connues au générique, qu'il s'agisse de Clancy Brown, Dan Fogler ou évidemment Larry Fessenden (dans le rôle d'un inspecteur de police), et J.T. Petty à la réalisation (déjà croisé avec The Burrowers, article du 24 juin 2011), Hellbenders aurait pu prétendre à une petite pastille verte s'il avait été en mesure de maintenir le rythme et la qualité de sa première moitié. Malheureusement le rythme retombe quelque peu et les limitations budgétaires commencent à se faire sentir lorsque l'action s'échauffe quelque peu. Mais le résultat reste tout de même bien au-dessus de ce à quoi nous nous attendions et mériterait une meilleure note sur IMDB selon nous.

Hellbenders reçoit une pastille jaune et change complètement la donne de notre semaine. Nous qui pensions assister à quatre étranges films fantastiques indépendants, avons désormais des attentes et des exigences bien plus élevées.

Arflane