The Haunting of Sharon Tate de Daniel Farrands (2019)    09 Juillet 2019     

Hasard de nos découvertes et de nos explorations, nous sommes tombés sur une vidéo de la chaine Youtube PossessedbyHorror consacrée au film The Haunting of Sharon Tate. Vidéo dans laquelle elle exprimait tout le mal qu'elle pensait du film et que les producteurs du film ont tenté de censurer et faire disparaître d'Internet. Il n'en fallait évidemment pas plus pour aiguiser notre curiosité et nous pousser à voir le film. D'autant plus que cela collait plutôt bien avec notre article consacré à Rosemary's Baby du 26 juin dernier, ce que nous pouvons faire de mieux en matière de contenu thématique en ce moment. Voici donc notre article sur The Haunting of Sharon Tate.

Sharon Tate est l'épouse de Roman Polanski et elle est enceinte de huit mois. Pendant que son mari est occupé par sa carrière en Europe, elle retourne vivre dans sa maison de Los Angeles pour y vivre les quelques dernières semaines de grossesse. Mais elle sent que quelque chose ne tourne pas rond et ce ne sont pas ses cauchemars où elle se voit mourir aux mains d'inconnus pénétrant dans sa maison qui arrangent les choses.

The Haunting of Sharon Tate est forcément un film un peu étrange et il est compréhensible qu'il ait pu soulever quelques polémiques. Pour la simple et bonne raison que Sharon Tate a bel et bien existé et qu'elle est morte aux mains de membres de la secte de Charles Manson, la "Manson Family". Mais faire un film d'un fait divers n'est pas forcément quelque chose de rare et Daniel Farrands aurait très bien pu réaliser un film reprenant les faits de manière objective et respectueuse, ce qui n'aurait probablement pas dérangé grand monde, si ne n'est éventuellement la famille de Sharon Tate qui aurait préféré qu'on laisse la défunte tranquille.

Le problème réside dans le fait que monsieur Farrands a décidé de jouer un peu avec l'histoire en se basant sur une déclaration de Sharon Tate une année avant sa mort où elle expliquait faire des cauchemars durant lesquels un étranger pénètre dans sa maison et l'assassine, elle et son ami Jay Sebring. Point de départ du film de Farrands. Nous n'en dirons pas plus sur les rebondissements de The Haunting of Sharon Tate, mais sachez qu'ils sont peu nombreux, répétitifs et qu'il est certain qu'aucun membre de la famille de Sharon Tate ou aucun de ses amis ne peut avoir envie de voir ça.

Mais si le film était bien réalisé, ce ne serait pas encore la fin du monde. Sauf que voilà, le film laisse artistiquement et techniquement à désirer, ce qui ne plaide pas en faveur de Daniel Farrands. Pourtant il existe bien un semblant d'idée dans son intrigue, et il semble, par instants, qu'il ait tenté de nous raconter quelque chose. Mais il aurait très bien pu faire le même film en prenant une protagoniste lambda, et le fait qu'il ait choisi Sharon Tate prouve bien qu'il était à la recherche d'un bon petit coup de pub facile et qu'il n'avait aucune envie de simplement faire un bon film.

Si comme nous vous avez envie de vous faire votre propre opinion sur le sujet, n'hésitez pas à visionner The Haunting of Sharon Tate, mais tout comme Sarah Hawkinson sur sa chaîne PossessedbyHorror, nous ne pouvons dire qu'une chose de ce film : il est mauvais, inutile de le voir. Grosse pastille orange mais une petite envie de nous pencher sur la filmographie de Daniel Farrands malgré tout. La suite dans un prochain article.

Arflane