Bird Box de Susanne Bier (2018)    11 Janvier 2019     

Le cinéma étant le cinéma, et les producteurs étant des producteurs, les bonnes habitudes ne se perdent pas et tout continue à se dérouler comme auparavant. Ainsi, lorsqu'un bon film sort, avec un concept relativement fort, les copies ne tardent pas à apparaître. Nous parlons ici de Sans un Bruit (article du 21 juin 2018) où un petit groupe de survivants, plongés dans un monde post-apocalyptique (définitivement la thématique de notre semaine) était confronté à d'étranges créatures et où une règle primordiale de survie s'était imposée à eux : ne pas attirer l'attention des monstres, ne pas faire de bruit ! Aujourd'hui nous vous parlons de Bird Box.

Malorie est enceinte et vie recluse dans son atelier de peinture, à l'écart d'une société qu'elle préfère éviter. Mais lorsque d'étranges événements surviennent et qu'une inexplicable vague de suicides déferle sur la Terre, Malorie n'a plus le choix. Elle parvient à trouver refuge dans une maison, avec quelques autres personnes. Ils vont tenter de comprendre ce qui se passe autour d'eux et comment y survivre le plus longtemps possible.

Comme dit dans notre introduction, Bird Box donne fortement l'impression d'être une conséquence du succès de Sans un Bruit. Et d'un film où il ne faut pas faire de bruit, nous passons à un film où il ne faut pas regarder (et suivront certainement des films où il ne faudra pas entendre, pas toucher, pas goûter et pas sentir). Film à priori opportuniste, mais ce n'est pas forcément synonyme de mauvais film et il nous faut donc tout de même le voir pour en avoir le coeur net (et nous vous encourageons évidemment à faire de même, quel que soit la couleur de la pastille que nous lui avons remis).

Sauf que voilà, le concept n'est pas "bulletproof" comme on dit. Nous ne pouvons pas trop en dire ici sans déflorer le sujet, mais disons simplement que lorsqu'on est obligé de garder les yeux fermés et qu'on cherche à se promener dans une forêt pleine d'arbre, il y a normalement un gros risque de percuter un arbre. Du coup, quelques scènes de Bird Box nous ont semblé un peu absurdes par instants, mais peut-être que vous les jugerez parfaitement plausibles et terriblement efficaces. Bird Box est bien réalisé, rempli de bonnes actrices et de bons acteurs, et aurait normalement dû recevoir une pastille jaune au minimum. Mais son intrigue est tellement creuse, pleine de lacunes scénaristiques, que nous ne pouvons vraiment pas lui remettre autre chose qu'une pastille orange.

Pastille que vous jugerez peut-être particulièrement sévère, mais comprenez que nous sommes obligés de tenir compte des moyens à la disposition du réalisateur et du potentiel du film et de les comparer au résultat final. Bird Box est décevant et ce n'est pas sa chute qui vient sauver les meubles. Mais si vous avez adoré Bird Box et que vous voulez voir d'autres films vaguement comparables, n'hésitez pas à regarder Signes ou Phénomènes de M. Night Shyamalan.

Arflane