Warning: Use of undefined constant ph_articles - assumed 'ph_articles' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/92ade7e3363aa5b9cbccd9aa44530f20/web/passionhorreur/article.php on line 17

Warning: Use of undefined constant nomarticle - assumed 'nomarticle' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/92ade7e3363aa5b9cbccd9aa44530f20/web/passionhorreur/article.php on line 17
Thanatomorphose
de
Warning: Use of undefined constant ph_articles_real - assumed 'ph_articles_real' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/92ade7e3363aa5b9cbccd9aa44530f20/web/passionhorreur/article.php on line 29

Warning: Use of undefined constant noid_article - assumed 'noid_article' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/92ade7e3363aa5b9cbccd9aa44530f20/web/passionhorreur/article.php on line 29

Warning: Use of undefined constant don - assumed 'don' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/92ade7e3363aa5b9cbccd9aa44530f20/web/passionhorreur/article.php on line 29
Éric Falardeau (2012)
   18 Novembre 2013  

Dans notre paysage horrifique actuel, il est possible de différencier trois types majeurs de films d'horreur. 1. Le "blockbuster" hollywoodien qui s'affiche partout et que tout le monde voit généralement (Evil Dead, Carrie, Insidious, Paranormal Activity, etc). 2. Le film moyen, n'ayant pas un gros budget mais tentant malgré tout de nous conter une histoire qui tienne à peu près la route (avec plus ou moins de succès, comme Devoured, Corpsing ou Black Rock). 3. Les purges intégrales dont le budget est tellement maigre que les producteurs savent qu'ils vont faire du bénéfice en vendant les films à des chaînes de télévision (comme SyFy) et qu'on regarde en sachant qu'on va plus se moquer que frissonner (Birdemic, Sharknado et compagnie).

Le film du jour nous permet de vous parler d'un quatrième type de films, les films indépendants ou films d'auteur. Ils sont semblables au type 2, en ce sens qu'ils ont généralement un budget limité, mais le but du réalisateur n'est pas forcément de divertir le plus grand nombre. Il a une idée en tête et compte bien nous la présenter à sa manière, qu'on adhère ou pas.

Dans Thanatomorphose, une jeune artiste vit recluse dans son appartement, tentant de laisser son inspiration s'exprimer (elle fait de la poterie). Elle reçoit des amis, passe de bons moments avec son copain, mais l'inspiration ne vient pas. Dans un même temps, son corps commence à se décomposer sans qu'elle en prenne conscience. Et plus le temps passe, plus son état se dégrade.

Même si les "films d'auteur" ne sont pas très nombreux sur Passion Horreur, nous n'avons absolument rien contre eux. Ils sont généralement un peu plus difficile d'accès que les films grand public (comme leur nom l'indique), et partent parfois (souvent ?) dans des délires pas toujours faciles à suivre. Thanatomorphose se démarque surtout par son rythme et sa réalisation à huis-clos. On ne sort absolument pas de l'appartement et on subit la décomposition de l'héroïne de plein fouet. Le rythme est lent et les rebondissements peu nombreux. L'état physique du personnage semble refléter une certaine dégradation psychologique, la poussant à commettre certains actes définitivement répréhensibles par la loi !

Réflexion sur la vie d'artiste ou simple délire partant de la question : "que se passerait-il si le corps d'un vivant se décomposait comme si il était mort ?", difficile de le dire sans enquêter plus à fond sur Thanatomorphose (chose que nous vous laissons libre de faire), mais pour notre part, nous n'avons pas trop accroché au concept, même si les acteurs sont tout à fait corrects, la réalisation soignée et les effets spéciaux (les maquillages en gros) soulignent parfaitement le récit. Intéressant, mais pas le genre de films que vous aurez envie de voir pour vous divertir.

Arflane