Warning: Use of undefined constant ph_articles - assumed 'ph_articles' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/92ade7e3363aa5b9cbccd9aa44530f20/web/passionhorreur/article.php on line 17

Warning: Use of undefined constant nomarticle - assumed 'nomarticle' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/92ade7e3363aa5b9cbccd9aa44530f20/web/passionhorreur/article.php on line 17
Midsommar
de
Warning: Use of undefined constant ph_articles_real - assumed 'ph_articles_real' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/92ade7e3363aa5b9cbccd9aa44530f20/web/passionhorreur/article.php on line 29

Warning: Use of undefined constant noid_article - assumed 'noid_article' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/92ade7e3363aa5b9cbccd9aa44530f20/web/passionhorreur/article.php on line 29

Warning: Use of undefined constant don - assumed 'don' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/92ade7e3363aa5b9cbccd9aa44530f20/web/passionhorreur/article.php on line 29
Ari Aster (2019)
   06 Janvier 2020  

2020 a débuté avec une pastille orange et nous avons failli en ajouter une deuxième de rang lorsque nous avons commencé à regarder The Village in the Woods de Raine McCormack, encouragés par sa bonne note actuelle (6,4), mais sans y croire une seule seconde compte tenu qu'il s'agit clairement de l'un de ces films britanniques (l'affiche a vendu la mèche) bas budgets souvent catastrophiques. Mais après une vingtaine de minutes de film, nous nous sommes révoltés, refusant que notre précieux temps soit ainsi gaspillé, et avons décidé de regarder autre chose : Midsommar, le deuxième long-métrage d'Ari Aster, réalisateur d'Hérédité.

Dani passe par une période extrêmement difficile de sa vie, ayant tout juste perdu sa soeur et ses deux parents. Christian, son petit ami, lui propose, un peu à contrecoeur, de l'accompagner, lui et trois amis, en Suède. Là-bas ils vont assister aux festivités du milieu de l'été dans la communauté de leur ami Pelle. Dani s'attendait à un certain degré de dépaysement, mais rien n'aurait pu la préparer à ce qu'elle allait vivre au sein de cette communauté.

La pire manière pour vous présenter Midsommar est certainement de vous dire qu'il s'agit du deuxième long-métrage d'Ari Aster. Car, ce faisant, nous insinuons que Midsommar est potentiellement dans la même veine qu'Hérédité et les spectateurs que vous êtes (et que nous sommes) se créent des à priori avant de regarder le film et sont potentiellement déçus. Et c'est exactement ce qui nous est arrivé. Nous avons abordé Midsommar pleins d'attentes et d'espoirs, pensant assister à un film qui allait nous dérouter et nous surprendre comme l'avait fait Hérédité. Et du cou, nous avons été déçus.

Non pas parce que Midsommar est un mauvais film, mais tout simplement parce qu'il n'a pas grand-chose à voir avec Hérédité, si ce n'est une petite folie furieuse qui semble être chère à Ari Aster. Midsommar nous parle donc d'une communauté (une secte ?) vivant isolée quelque part dans la nature suédoise. Une communauté forcément louche pour qu'on lui consacre un film d'horreur, et tout le film repose sur la découverte progressive des pratiques de cette communauté. Et les spectateurs quelque peu égarés que nous étions, n'ont eu de cesse d'attendre la chute, pensant qu'il y allait forcément y avoir un twist. Alors que non. Avec Midsommar, l'important ce n'est pas la destination, c'est le voyage (comme a dit l'autre).

Ne faites donc pas la même erreur que nous, oubliez qui a fait le film et ce qu'il a pu faire avant. Profitez du voyage, des acteurs, des décors et des délires, et demandez-vous à quel moment vous auriez commencé à vous poser de sérieuses questions à la place des personnages. Nous remettons une pastille jaune à Midsommar car c'est un bon film, mais nous n'irons probablement pas jusqu'à le considérer comme le (ou l'un des) meilleur film d'horreur de l'année.

Arflane