Warning: Use of undefined constant ph_articles - assumed 'ph_articles' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/92ade7e3363aa5b9cbccd9aa44530f20/web/passionhorreur/article.php on line 17

Warning: Use of undefined constant nomarticle - assumed 'nomarticle' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/92ade7e3363aa5b9cbccd9aa44530f20/web/passionhorreur/article.php on line 17
Madhouse
de
Warning: Use of undefined constant ph_articles_real - assumed 'ph_articles_real' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/92ade7e3363aa5b9cbccd9aa44530f20/web/passionhorreur/article.php on line 29

Warning: Use of undefined constant noid_article - assumed 'noid_article' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/92ade7e3363aa5b9cbccd9aa44530f20/web/passionhorreur/article.php on line 29

Warning: Use of undefined constant don - assumed 'don' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/92ade7e3363aa5b9cbccd9aa44530f20/web/passionhorreur/article.php on line 29
Jim Clark (1974)
   24 Décembre 2019  

Après La Charrette Fantôme, où le Nouvel An est un élément central de l'intrigue, nous nous autorisons un petit écart par Madhouse, qui n'a finalement aucun rapport avec le Nouvel An si ce n'est que son histoire débute un 31 décembre lors des festivités. Mais Madhouse contient Vincent Price et Peter Cushing, comment nous en vouloir dans ces conditions ?

Edward Lionheart est une star et tout lui réussit. Sa série de films d'horreur Dr. Death enchaîne les succès et pour couronner le tout, il est sur le point de se marier. Mais ce bonheur va s'avérer bien fragile lorsque sa future épouse meurt soudainement, décapitée, et qu'Edward se retrouve dans un asile psychiatrique tant le choc est brutal. Douze années plus tard, enfin remis de ses émotions, Edward reprend son rôle de Dr. Death. Un retour aux affaires qui va s'avérer particulièrement compliqué lorsque des cadavres commencent à s'amonceler autour de lui.

Un film d'horreur dans l'univers des films d'horreur. Madhouse commence déjà bien. Avec Price et Cushing en plus ? Nous serions tentés de remettre directement une pastille verte à Madhouse et de passer au troisième et dernier film de notre semaine spéciale Nouvel An. Mais vous nous connaissez trop bien, impossible pour nous d'offrir un tel passe-droit à un film, il nous faut le voir, le décortiquer et le critiquer. Et nous avons bien fait car, comme le montre la pastille ci-dessus, ce n'est finalement que du jaune qui orne cet article, mais du jaune flamboyant.

Pratiquement tout repose ici sur les épaules de Vincent Price, dans son rôle d'acteur traumatisé par la mort violente de sa fiancée. Madhouse est d'ailleurs l'occasion de jeter un regard critique sur l'industrie cinématographique et sur le temps qui passe. Price et Cushing jouent d'anciennes gloires de l'horreur (Cushing déguisé en Dracula lors qu'une fête costumée en dit long) confrontées aux exigences nouvelles des studios et à l'émergence de la télévision. Ancienne gloire de l'horreur sur le retour, acteurs ratés, réalisateurs interchangeables, producteurs avides, tout y passe. Nombre de ces références sont malheureusement perdues tant notre connaissance du cinéma horrifique des années 1950-1970 est lacunaire et mériterait un travail approfondi et un bon gros dossier. Mais cela ne nous a pas empêché d'apprécier Madhouse et il en sera certainement de même pour vous.

Un tueur mystérieux, des victimes jamais consentantes, Madhouse slalome entre horreur gothique, whodunit et il n'en faudrait pas beaucoup pour que les fans de giallo y trouvent leur compte. Nous lui remettons une jolie pastille jaune et nous réjouissons du prochain film du genre que nous croiserons. Notons, en conclusion, qu'Histoires d'Outre-Tombe (notre film de Noël du 17 décembre) et Madhouse sont nos deux premiers films de la maison de production Amicus. D'autres suivront évidemment.

Arflane