Warning: Use of undefined constant ph_articles - assumed 'ph_articles' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/92ade7e3363aa5b9cbccd9aa44530f20/web/passionhorreur/article.php on line 17

Warning: Use of undefined constant nomarticle - assumed 'nomarticle' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/92ade7e3363aa5b9cbccd9aa44530f20/web/passionhorreur/article.php on line 17
Killer Holliday
de
Warning: Use of undefined constant ph_articles_real - assumed 'ph_articles_real' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/92ade7e3363aa5b9cbccd9aa44530f20/web/passionhorreur/article.php on line 29

Warning: Use of undefined constant noid_article - assumed 'noid_article' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/92ade7e3363aa5b9cbccd9aa44530f20/web/passionhorreur/article.php on line 29

Warning: Use of undefined constant don - assumed 'don' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/clients/92ade7e3363aa5b9cbccd9aa44530f20/web/passionhorreur/article.php on line 29
Marty Thomas (2013)
   29 Octobre 2013  

Des vacances qui tuent, ça vous dit ? Un camping car, quelques amis, un coin perdu des Etats-Unis et un tueur psychopathe à vos trousses, avouez que ça semble prometteur ! Et le séjour ne vous coûtera pratiquement rien, donc ne faites pas les difficiles !

Huit amis partent en vacances ensemble à bord d'un camping car sans trop savoir où pour fêter le "spring break". En cours de route, par hasard, ils tombent sur une étrange fête foraine abandonnée et décident de l'explorer. C'est là que le tueur qui les suit depuis le départ va décider qu'il est temps de faire plus ample connaissance avec nos amis.

Comme annoncé dans l'article précédant, Killer Holliday est un nouvel exemple de ce qu'un réalisateur (ou le monteur éventuellement) peut tenter de faire pour que son film sorte un peu du lot (ou tente de sortir du lot). On évite les flashbacks incessants, mais on insère régulièrement des petites coupures en repassant une scène au ralenti, en noir et blanc où en montant les plans de manière un peu saccadée. Heureusement pour nous, les concepteurs du films se sont fatigués rapidement et seul le début du film subit ce traitement.

Pour le reste, nous avons affaire à un slasher assez classique dans le déroulement, si ce n'est pour l'omniprésence du tueur qu'on voit dès le début du film et qui perd un peu de son côté mystérieux au passage. Car si vous montrez beaucoup votre tueur, vous avez plutôt intérêt à le confier à un acteur charismatique et talentueux qui saura vous en faire quelque chose. Nous vous laissons seuls juge de la performance de Michael Copon, loin de nous l'envie de dire qu'il n'est pas tout à fait à la hauteur.

L'intrigue tente bien de jouer la carte de la complexité (toute relative), avec quelques flashbacks (ha, quand même !) nous montrant un trauma d'enfance dont on peine quelque peu à comprendre les tenants et les aboutissants jusqu'à l'habituelle chute où tout s'éclaire enfin. Killer Holliday est finalement très classique à tous niveaux et peine même sérieusement à nous divertir.

Arflane